Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 07:41

LE RENDEZ –VOUS

Chapeau dûment épinglé,

Manteau enfilé,

Assise dans son salon,

Madame Jalon

Ne pouvait se décider

À se lever.

Depuis deux ans,

Combien de fois pourtant,

En l’absence de son mari,

S’était-elle vêtue ainsi

Pour rejoindre M. Bardon.

En son logis de garçon !

La pendule, qui sonna trois coups,

La mit debout. Sans envie, elle sortit

En pensant : ‘’ Il va s’impatienter !’’

Mais au square de la Trinité,

Un siège tentateur

Lui tendit les bras :

‘’Je me repose un quart d’heure.

Il patientera,

Monsieur Bardon !

Cet homme est un poison !

Il égrène sans aucune sensibilité

Les mots d’amour

Comme s’il récitait son chapelet

Sur le chemin de croix de l’amour.

Maintenant assise, jambes allongées,

Mme Jalon l’imaginait

Pestant contre son retard…inopiné

Elle le voyait

Marchant à petits pas

Chez lui, là-bas,

Ouvrant la fenêtre,

La porte, peut-être,

N’osant fumer

Car, sur le sujet, elle l’avait gendarmé.

Mme Jalon s’était assise

En face du clocher de l’église.

De là, elle voyait

Les aiguilles de l’horloge tourner.

Quand la demie a sonné.

Elle a pensé : ‘’Autant de gagné !

Et puis je mettrai encore une demi-heure

Pour gagner la rue Mercœur.

Je regarderai les vitrines ; je flânerai,

Et voilà, cela fera une heure volée !’’

Elle trainait comme un poids

La masse de souvenirs insupportables,

Ce fardeau intolérable

Des précédentes fois !

Ce n’était pas aussi douloureux

Qu’une visite

Chez le dentiste,

Mais c’était bien plus ennuyeux !

Que Bardon lui semblait mièvre !

La nausée lui montait aux lèvres

En songeant aux biscuits au gingembre,

À l’odeur confinée de sa chambre,

Et aux volets prudemment fermés.

-Les bougies, seules, restant

Allumées, bien évidement -

Puis aux : ‘’Laissez-moi, ma chérie,

Je vous prie

Baiser vos mains

Jusqu’à demain.’’

Elle en avait assez de cet amant

Qui s’agenouillait devant elle

Dans un mouvement

Si ridicule, si rituel

Qu’on eut dit, ma foi,

Un vieil acteur

Jouant pour la centième fois

Le mélodrame d’un mauvais auteur.

S’ensuivait une corvée surhumaine :

Il fallait chaque semaine

Se dévêtir à la sauvette,

Sans le secours d’une soubrette.

Se rhabiller était aussi exaspérant.

Elle aurait giflé Bardon tournicotant

Autour d’elle, gauche et empressé :

-« Permettez…Laissez… »

L’horloge sonnant les trois-quarts,

Mme Jalon se décida à sortir du square.

Elle n’avait pas fait

Dix pas qu’elle tombait

Sur un ami, le baron Besse

Qui lui fit mille politesses :

-« Que n’êtes-vous venue encore

Voir mes collections d’Angkor ? »

-« Mais, cher baron,

Une femme, …chez un garçon ! »

-« Comment ! En voilà une erreur !

Visiter une collection de valeur

Chez un homme fréquentable

N’a rien d’inavouable ! »

-« Au fond,…vous avez raison. »

-« Alors, venez voir ma collection. »

-« Oui, mais quand ? »

-« Maintenant ! »

-« Non, je suis pressée, baron. »

-« Allons donc ! »

-« Vous m’espionniez ? »

-« Non, mais convenez

Que vous n’êtes pas très pressée. »

-«Oui, c’est vrai,…pas très !»

Un fiacre passait à les toucher

Le baron cria :- « cocher ! »

La voiture s’arrêta. Il ouvrit la portière :

-«Veuillez monter, amie très chère. »

Il s’assit auprès d’elle et ordonna :

-« 32 boulevard Masséna ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by Melchior
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantaisies et balourdises
  • Fantaisies et balourdises
  • : Politique,Actualité,Histoire, Ecologie,Littérature, sémantique, Poésie,Humour,Santé, Musique,fantaisies,dérision, divers
  • Contact

Profil

  • Melchior
  • La sémantique c'est mon tic.

Et le jubilatoire Maupassant,  mon écrivain préféré
  • La sémantique c'est mon tic. Et le jubilatoire Maupassant, mon écrivain préféré

Recherche