Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 08:10

(Très libre adaptation du conte de Perrault)

Dans un ancien temps,

A l’heure de sa mort,

Et après avoir récité le confiteor,

Un meunier légua à ses enfants :

-Son moulin

Pour Célestin,

-Son âne

À Diane

Et son chaton

À Anton.

Ce dernier se dit : « Les deux ainés

Pourront gagner leur vie mais moi,

Pauvre Anton, une fois

Le chat mangé,

Ma vie sera finie. »

Alors, le chat lui répondit

Du tac au tac :

-« Mon maître, vous m’êtes agréable.

Donnez-moi un cordon, un sac

Et des bottes imperméables.

Vous allez voir la scène !

Je vais aller dans la garenne

Là-bas, y a pleins d’lapins.

Et je vais en attraper un. »

Chat Botté met une carotte

Dans son piège. Deux minutes après,

Un lapin gourmet

Passe, entre dans le sac

Et …grignote.

Le Chat-chasseur

Tire alors sur le lacs

Et ligote

L’animal rongeur.

Tout fier, Chat Botté débarque

Au château du monarque.

Il lui fait grande révérence

Et dit : « Excellence,

Voici un lapin exquis

Que monsieur le marquis

Anton, mon maître,

M’a chargé de vous remettre. »

-« Tu le salueras

Et le remercieras. »

Le jour suivant, d’emblée,

Chat Botté pose le sac

Empli de grains de blé

Au milieu d’un champ. Et clac !

Le mistigri

Prend deux perdrix.

Et va vite les apporter au roi.

Sachant qu’à chaque fois,

Il va recevoir

Un bon pourboire,

Le Chat, assez vénal,

Décide de livrer au palais royal

Tous les gibiers qu’il aura attrapés.

Il apprend un matin

Que, le lendemain,

Le roi et sa fille vont se promener

Le long de la rivière.

Aussitôt, notre compère,

Ce chat profiteur et manipulateur

Va dire à Anton : -« Demain, allez nager

Dans la rivière, et peut-être

Votre fortune sera faite.

Si oui, nous ferons la fête ! »

Cet ordre parait inouï

À Anton, mais il obéit

Et sans rechigner

Accepte d’aller se baigner.

Le lendemain, Anton et le chat

Sont sur place

Quand passent

En grand arroi

La princesse et le roi.

Alors, Chat Botté hurla :

« Regardez, mon maître Anton se noie !

Au secours ! » Le roi,

Ayant reconnu

Le Chat, ordonna à ses gens :

-« Allez vite, c’est urgent !

Sauvez le marquis du courant. »

Alors, le Chat accourut

Auprès du roi et lui dit:

« Sire, des bandits

Viennent subrepticement

De voler les vêtements

De mon maître ! »

En fait,

Le Chat Botté venait

De les faire disparaître

Et les avaient cachés dans un boqueteau.

Le roi ordonna aussitôt

D’aller quérir un bel habit

Pour monsieur le marquis.

La fille du roi trouva Anton à son goût.

Elle le trouva beau, doux,

Et bien fait. En un mot : rare.

De son côté,

Anton lui jetait

Des regards

Si respectueux,

Et si affectueux

Qu’elle en devint immédiatement.

Amoureuse. Le roi, lui aussi conquis,

Pria le marquis

De venir discuter

En ses appartements.

Plus tard, Chat botté considérait

Un paysan qui fauchait son vaste pré.

Il lui dit : -« Je viens de voir le Roi.

Il se dirige vers toi.

S’il te demande à qui

Appartient ta prairie,

Réponds-lui :

‘’Majesté, à monsieur le marquis’’. »

La tête couronnée logea le pré en effet

Et posa au paysan la question.

Le soir-même, le Roi félicitait Anton :

«Vous avez là une magnifique propriété. »

-«Sire, elle a l’avantage de me rapporter

Abondamment

Tous les ans.»

Plus loin, Chat botté a côtoyé

Une vaste étendue de blé.

Il vint dire aux moissonneurs :

-« Tout à l’heure,

Vous allez voir le Roi, dites-lui

Que ces champs et la moisson

Sont la propriété du marquis. »

Le lendemain le Roi félicitait Anton.

Le troisième jour, enfin,

Vers dix heures du matin,

Le Chat Botté

Entrait

Dans un superbe château,

Bordé d’une grande pièce d’eau,

Propriété d’un magicien

Célèbre et fort aisé.

Les terres que le roi avait traversées

Dépendaient de ce château.

Chat Botté, aussitôt,

Demanda à être reçu

Par ce châtelain si cossu :

-« On m’a dit, est-ce faux,

Que vous savez sans bouger

Vous changer

En toutes sortes d’animaux,

En lion, en éléphant… ?»

L’air triomphant,

Le magicien répondit: « C’est vrai.

Regardez-moi de près ;

En voici la justification,

Ne suis-je pas devenu un lion ? »

-« Avez-vous le pouvoir aussi

De vous transformer ainsi

En petits animaux : souris, rats… ?

Personne ne le croira !

C’est impossible ! »

Le magicien reprit : « Impossible ?

Voici : je me change en souris. »

Chat Botté sourit

Et se jette en un temps record

Sur la bestiole grise…puis la dévore !

Sur ces entrefaites,

Le roi arrive en tête

De son cortège,

Tenant à son bras, la princesse.

Le chat, en fin stratège,

Les accueille : -« Que votre Altesse

Nous fasse la grâce d’entrer

Chez monsieur le marquis. »

En leur honneur, fut servi

Un délicieux banquet.

Le roi sortit de table enchanté.

Et comme il avait été aussi épaté

Par toutes les propriétés

Et les qualités

D’Anton, il lui proposa

Sans plus attendre,

De devenir son gendre.

Anton accepta.

Le Chat devint un grand notable.

Mais ne fut jamais plus capable

De courir après les souris

Ou de manger des rats, même petits !

Partager cet article

Repost 0
Published by Melchior
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Fantaisies et balourdises
  • Fantaisies et balourdises
  • : Politique,Actualité,Histoire, Ecologie,Littérature, sémantique, Poésie,Humour,Santé, Musique,fantaisies,dérision, divers
  • Contact

Profil

  • Melchior
  • La sémantique c'est mon tic.

Et le jubilatoire Maupassant,  mon écrivain préféré
  • La sémantique c'est mon tic. Et le jubilatoire Maupassant, mon écrivain préféré

Recherche